Comment désamorcer la crise de l'immobilier ?

Partager sur :

 

Comment désamorcer la crise de l'immobilier ?

 

"Cette crise au sens d'une baisse forte des achats de logements anciens ou neufs remonte à la mi-2022".

🎙️ Henry Buzy Cazaux, Président de l'Institut du management des services immobiliers
 
 
 
Cliquez sur l'image pour visionner l'émission
 
 
Vendredi 5 mai 2023, Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut du management des services immobiliers (IMSI), s'est penché sur les risques d'une crise immobilière face à ce taux d'endettement très élevé, et l'issue de l'entretien de Bruno Le Maire et François Villeroy de Galhau, dans l'émission Good Morning Business, présentée par Laure Closier et Stéphane Pedrazzi. 
 
Le gouvernement réfléchit à assouplir les conditions d'octroi pour les prêts immobiliers face à un marché qui se bloque. Mais le gouverneur de la Banque de France ne veut "pas pousser au surendettement des Français".
 

La Banque de France ne veut pas "pousser au surendettement des Français", a réagi vendredi son gouverneur François Villeroy de Galhau, après que le ministre de l'Economie a dit jeudi vouloir discuter d'aménagements aux conditions actuelles d'emprunt immobilier.

Bruno Le Maire doit s'entretenir dans la journée avec François Villeroy de Galhau, au moment où la hausse des taux d'intérêt pèse sur le marché immobilier en restreignant les conditions d'accès au crédit.

Seront évoquées les possibles dérogations aux règles selon lesquelles les banques ne peuvent prêter qu'à condition que le taux d'effort, c'est-à-dire le montant total des dépenses liées à l'habitation rapporté aux revenus, ne dépasse pas 35%, et pour 25 ans maximum (ou 27 ans en cas de travaux préalables à l'emménagement). Elles peuvent le faire pour 20% des crédits, à condition que ces dérogations concernent essentiellement l'acquisition d'une résidence principale et visent dans un tiers des cas à soutenir des primo-accédants.

"Chaque chose en son temps" a réagi le gouverneur vendredi au micro de Radio Classique, rappelant que la décision appartenait au Haut conseil de stabilité financière (HCSF) qui se réunit en juin.

"Ne pas pousser au surendettement"

"Il y a une chose certaine c'est que nous n'allons pas pousser au surendettement des Français, parce que la vraie crise sociale elle serait là", a-t-il poursuivi.

Sur le taux d'usure, un taux maximum destiné à protéger les emprunteurs mais accusé d'empêcher les banques de prêter, le gouverneur a affirmé que "c'est ce qui explique que le taux du crédit immobilier soit en France plus faible" que chez les voisins, sans s'exprimer sur un changement plus pérenne des règles. Le taux d'usure a été assoupli, recalculé tous les mois au lieu d'une fois par trimestre. Mais Bruno Le Maire a affirmé que les autorités allaient "étudier la possibilité de prolonger ce dispositif", supposé prendre fin en juillet.

Source : BFM IMMO - 05/05/2023